• img-book
    TLCEP-4e_Couv

    Marie-Ange Guillaume

ISBN:978-2-84742-164-4
Catégorie :

Tout le cimetière en parle

Marie-Ange Guillaume

Les états d’âme du jeune « opérateur funéraire » fraîchement embauché, venu présenter son catalogue de cercueils à sa cliente fraîchement orpheline de père. Le monsieur de 87 ans qui ne veut plus se laisser emmerder par son taux de cholestérol. Le fait divers sanglant chez le petit couple « sans histoire », comme on dit avant que la moquette soit repeinte en rouge. Le départ du chien et la détresse de son maître. La visite à l’amie dans son mouroir de luxe — on aurait voulu tout savoir d’elle, mais c’est trop tard et on parle météo. Le vieil homme magnifique à la vie si pleine, devenu la chose hospitalière d’une infirmière qui entre sans frapper. Le mortel qui veut durer et l’immortel qui se barbe : ça fait un partout…

La mort, sujet réputé antipathique, Marie-Ange Guillaume l’ausculte avec humour, colère parfois, larmes quand le chagrin déborde. Si bien que ce livre salutaire revigore le vivant — il est bon d’apprivoiser cette chose hostile et invivable, puisqu’elle nous pend au nez.

Découvrir l'auteur
avatar-author

Marie-Ange Guillaume est l’auteur de Tout le cimetière en parle, Ils s’en allaient faire des enfants ailleurs, L’Odeur de l’homme, La Dernière nuit, Ça m’énerve et Aucun souvenir de Césarée.

Biographe de Desproges et Goscinny, elle a également signé des livres pour la jeunesse.

Livres de Marie-Ange Guillaume
À propos de ce livre
Caractéristiques

ISBN: 978-2-84742-164-4
Date de publication: mars 2011
Nombre de pages: 128
Dimensions du livre: 14 x 20,5 cm
Prix public: 14 €

Informations complémentaires Paru en version de poche aux éditions Points.
Presse

« Marie-Ange Guillaume sait toucher à l’essentiel avec simplicité et évidence. »
Le Monde des livres

« La mort va si bien à la plume de Marie-Ange Guillaume qu’elle arrive à nous en faire rire. »
Elle

« Marie-Ange Guillaume n’est pas morbide, elle préfère la vie. Ce qu’elle n’aime  pas, c’est la manière hypocrite dont notre société traite la Camarde. Et elle le dit avec un grand talent  d’hypersensible et de révoltée. Un coup de cœur ! »
Le Républicain lorrain