• img-book
    LePassage-Joconde_Ec#79DEAA

    Jérôme Coignard

ISBN:978-2-84742-387-7
Catégories : ,

Une femme disparaît – Le vol de La Joconde au Louvre en 1911

Jérôme Coignard

Voler La Joconde ? Et pourquoi pas la tour Eiffel ! Le  21 août 1911, le table au est dérobé au musée  du Louvre. On croit d’abord à une farce. Puis l’évidence du vol criminel s’impose. C’est alors dans le monde entier un déferlement de stupeur et d’indignation. Et bientôt un immense éclat de rire. La police et la justice s’essoufflent, les pistes se multiplient à Paris, à Londres, à
Bruxelles, à Berlin. On néglige au passage un indice capital, l’empreinte digitale laissée par le voleur sur la vitre du tableau… Tandis que l’extrême droite agite le spectre du « complot juif », Picasso est inquiété, Apollinaire jeté en prison. Et Monna Lisa devient une héroïne populaire. Quand, en 1913, on retrouve enfin le tableau à Florence, le voleur, un ouvrier italien, ne semble pas à la hauteur du crime.
C’est le vol le plus audacieux de l’Histoire que raconte cet ouvrage, fondé sur une enquête dans les archives et la presse de l’époque. C’est aussi une énigme, à laquelle il propose enfin une solution. Qui était donc cet Allemand si assidu au Louvre avant le vol ? Un espion ? Un escroc ?…

Découvrir l'auteur
avatar-author

Historien de l’art et journaliste, Jérôme Coignard est l’auteur aux éditions Le Passage de Quand les poules avaient des dents, Boîtes romantiques et Une femme disparaît, le vol de La Joconde au Louvre en 1911. Il est journaliste à Connaissance des Arts.

Livres de Jérôme Coignard
À propos de ce livre
Caractéristiques

ISBN: 978-2-84742-387-7
Date de publication: Mai 2018
Nombre de pages: 288
Dimensions du livre: 11,5 x 17 cm
Prix public: 11 €

Informations complémentaires La collection Écho

Small is beautiful : « Écho », une nouvelle collection des éditions Le Passage pour offrir au public des textes de notre fonds ou venus d’ailleurs dans de petits volumes à la fabrication soignée et à prix réduit.
Presse

« Un excitant récit à la Hitchcock. »

Bernard Babkine, Madame Figaro